Le projet de parc photovoltaïque géant de Saucats fait débat

Une construction des plus grands parcs solaires de l’Hexagone est en phase de concrétisation à Saucrats, en Gironde. Ce qui semble être spectaculaire à première vue s’est avéré être un projet controversé lorsque son planificateur Engie et Neoen ont mis les premiers détails sur la table.

Le projet photovoltaïque « Horizeo » de Engie et Neoen

Le parc solaire baptisé Horizeo projeté par Engie et Neoen à Saucats, dans le comté de Gironde, au Sud de Bordeaux est immense. Il s’agit d’un parc photovoltaïque censé alimenter un data center ainsi que deux sites de production d’hydrogène vert et agricole. La superficie couverte par les modules devrait atteindre 1.000 hectares. Selon les plans, l’électricité ainsi produite est estimée à 1 GWc, suffisamment pour alimenter 600 000 habitants. Cette énergie sera revendue à des entreprises et des industries locales et nationales.

Une énergie pas si verte qu’à ce que l’on prétend

Cependant, une résistance massive plane autour de ce « méga parc solaire ». En effet, cette installation solaire à un milliard d’euros représente un changement significatif dans le paysage et risque de provoquer une dégradation des espaces naturels et agricoles. De plus, il existe déjà d’autres installations solaires de grande envergure comme Cestas dans la région. Alors il n’y a plus beaucoup d’espace. L’initiative citoyenne de Saucats, appuyée par l’association de défense de l’environnement Sepanso critique le projet, car la future installation de cette forêt de panneaux nécessite le défrichement de 1000 ha de pins centenaires. Les habitants ne sont pas contre la transition énergétique, mais ils craignent des dommages environnementaux. 

Face à la critique, le porte-parole d’Engie et Neoen assure qu’ils ont bien étudié la situation. Il présume que la forêt ainsi exploitée est dédiée à la sylviculture et à la chasse. Afin de sauvegarder la biodiversité, l’entreprise pense compenser cette perte par une reforestation de pins couplée avec la culture et les modules solaires. Mais, est-ce suffisant ? Un débat est attendu dans les prochaines semaines pour soumettre le projet aux acteurs locaux.

Laisser un commentaire